Une semaine de belles rencontres…

 

Nous voilà donc arrivés à Uzerche qu’il nous faut traverser pour poursuivre notre route en espérant trouver une étape agréable un peu plus loin, et cette traversée à pied au milieu des touristes fut éprouvante par la chaleur, le dénivelé, les pavés des rues etc… mais on l’a fait …

Quelques kilomètres après le village, nous nous mettons en recherche d’un pré avec de l’herbe et de l’eau  (ce qui est notre priorité quotidienne) mais là, on sent bien que ça devient difficile et que la tension monte dans nos relations avec le monde rural car l’herbe est grillée par la canicule, les sources se tarissent, les vaches sont déjà au foin alors se faire prêter un pré avec de l’herbe et de l’eau, il ne faut pas rêver !!!

Il fait très chaud, chevaux et cavaliers sont fatigués, il se fait tard et un orage est annoncé pour la soirée avec pluie pour la matinée du lendemain samedi 20, il nous faut donc trouver refuge assez vite. Un homme près de sa ferme au bord d’une route est au téléphone, Pascal se dirige dans sa direction et nous voyant arriver près de lui,  nous propose spontanément de l’eau et du foin pour nos animaux. Nous lui en demandons un peu plus à savoir un pré pour passer la nuit avec nos chevaux. Pas de problèmes, il nous le trouve de suite !

Une fois les chevaux installés et abreuvés, notre hôte Daniel nous propose alors une maison devant le pré des chevaux avec cuisine, douche, chambre etc… le top du top, et il ajoutera les clefs d’une voiture pour nous permettre de faire des « appros » dans un Intermarché situé à 5 kms, (et heureusement car les sacoches sont un peu légères ce soir) avec en prime une bonne bouteille de vin qu’il ira chercher dans sa cave pour accompagner un pâté de sanglier « maison ». La soirée s’annonce bien tout compte fait !

Nous aurons même le plaisir du pain frais au petit déjeuner !  Eh oui, l’hospitalité et l’entraide, ça existe encore dans nos campagnes.

L’orage sera bien au rendez-vous dans la nuit, pas très violent ni bien mouillé mais il rafraichira l’atmosphère… tout comme la pluie du lendemain. Nous demandons  alors à notre hôte Daniel si nous pouvons passer le Week-end à l’abri de sa maison pour nous reposer de ces 2 premières semaines de voyage, éviter la pluie du jour et préparer la suite de notre itinéraire, ce qu’il accepte bien volontiers …

Après un repos réparateur de 2 jours, nous repartons le Lundi 22 en pleine forme,  Daniel nous accompagnera sur un bout de chemin, puis chacun poursuivra sa route….  Pour éviter quelques contraintes dangereuses du GR 46 que nous suivons depuis quelques jours (du style traverser l’Autoroute A20 ou longer une double voie de chemin de fer « Paris-Toulouse » où de nombreux trains passent toutes les 10 mn avec nos animaux qui n’en ont jamais vu de près ou de loin !!!) nous décidons de faire un petit détour par d’autres chemins, mais comme souvent, nous allons vite tomber sur des portions non entretenues qu’il faudra ouvrir à la hachette et sous les températures caniculaires que nous connaissons, c’est assez vite un travail épuisant.

Et on découvre comme souvent lors de nos déplacements à cheval dans la campagne française, bon nombres de belles maisons ou de bâtiments agricoles laissés à l’abandon, celle là nous a bien plu avec les arbres qui traversent la toiture….

Pour ceux qui s’interrogent sur le fait que l’on « bande » les yeux de nos animaux, il s’agit en fait de « masques » totalement transparents, (ils voient très bien à travers) pour protéger leurs yeux des « attaques » de mouches, et ils apprécient beaucoup notre sollicitude à leur égard car nous voyant arriver avec les masques à la main, ils s’empressent de nous « coller », impatients de se voir soulagés de ces maudits insectes …

Puis rituel quotidien, les abreuver souvent et beaucoup (les températures dépassent les 40° dans l’après midi), leur fournir le foin et l’herbe nécessaire à leur quotidien, etc…

Eh oui ! la vie est dure pour nous aussi, il fait très chaud mais le hasard fait parfois bien les choses, nous croiserons ce jour là une charmante jeune fille qui nous proposera de passer la soirée dans le « Camping à la ferme » créé par son grand-père et tenu par ses parents où Sylvie profitera des joies de la baignade et Pascal d’une bière bien fraîche… sur un fauteuil improvisé avec 3 bottes de foin et une bâche …

Puis l’heure du repas arrive avec, devinez quoi ? quelques œufs du cru amoureusement et très sérieusement cuisinés par Sylvie …

Nous reprenons la route de bonne heure le lendemain matin Mardi 23 après avoir répondu à de nombreuses questions d’un couple de camping-cariste qui se demandait comment on pouvait vivre plusieurs semaines dehors avec aussi peu de choses, ce qui nous a bien fait sourire vu la tenue élégante et parfaite de la dame maquillée de près… Nous étions effectivement à des années lumières les uns des autres dans la façon de voyager, un autre style, un autre monde…

La journée sera très éprouvante compte tenu de la canicule et nous serons heureux de trouver refuge sur une hauteur un peu ventée au milieu de plantations de pommiers, avec herbe verte et eau à volonté pour les chevaux.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Nous faisons la connaissance d’Amandine et Jérémy, un jeune couple de saisonniers installés dans le village depuis quelques années et qui seront aux petits soins pour nous (Rosé bien frais, salade de tomates, pommes de terre à la Sarladaise, confit de canard de leur production, café et confitures maison au petit-déjeuner, etc…) et du coup, nous décidons de rester une journée en leur compagnie, n’étant pas très motivés pour se lever à 4 h du matin afin d’éviter la canicule;  après tout, nous sommes en vacances, non ?

Par contre, toutes les bonnes choses ont une fin et nous sommes debout à 4H15 Jeudi 25 pour prendre le départ au lever du jour, vers 6h45 et éviter ainsi les grosses chaleurs annoncées. Nous traverserons les plantations de pommiers au dessus d’Allassac au lever du soleil …

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Il nous faut contourner une grande ville  -Brive la Gaillarde- et nous n’échapperons pas aux joies de l’urbanisation (routes goudronnées, rond-point, circulation intense, etc. etc.) Nous sommes néanmoins obligés de faire une dizaine de kms à pied sur la route avec les chevaux en main et surtout avec deux grands drapeaux rouges devant et derrière afin d’obliger les véhicules à ralentir et à s’éloigner de nous car sans cet outil qu’est le drapeau au bout d’un bâton, ils nous frôlent à presque nous toucher et en roulant vite… 2 heures de marche bien éprouvantes mais sous une relative fraicheur, il n’est que 8 h du matin…

Vers 13 h, nous trouverons refuge à Varetz, chez Jean Yves, agriculteur à la retraite qui nous proposera spontanément un pré avec de l’eau et du foin ainsi que son garage bien frais sous sa maison (il fait 41° dehors). Commence alors l’installation du campement, l’abreuvement des chevaux, la sieste, etc…

Le beau Vaguero est comme à son habitude inquiet et intrigué par la présence d’une grande volière pleine de canards de l’autre côté de son parc, et nous ne savons toujours pas pourquoi les oies et les canards l’inquiètent autant alors que les poules et les pintades l’indiffèrent.   Le mystère de ce qui se passe dans la tête d’une mule est toujours aussi grand !!!

3 réactions au sujet de « Une semaine de belles rencontres… »

  1. Coucou,
    Je vous suis par la pensée grace a vos photos superbes et commentaires , vous vivez une aventure formidable, profitez en bien. bisous.
    Monique

  2. coucou – de nouveau avec vous après quelques temps d’absence pour cause de Bretagne…belles photos et bons commentaires pascal, merci ( une ptite photo de sylvie sur son pablo stp) , on rêve toujours avec vous c’est magnifique ; dans l’ensemble tout à l’air de très bien se passer et j espère que votre aventure va continuer sur le même rythme – la chaleur va bien décliner un peu … – contente que les mules se portent bien – doucement le rosé sous le soleil hein! s’agit pas de faire n importe quoi avec vos montures….J’ai reconnu le coin des dodoches on y est passé en revenant de balade avec DD et Patty… bises à tous à bientôt …berdette
    .

  3. Coucou Mésoké,

    Tu diras a Vagueiro que je le trouve très beau, je suis sûre qu’il appréciera.Belles rencontres visiblement plus de bon échanges que le contraire, et la chance de goûter des mets fait maison, beaucoup de travail pour faire boire et manger les animaux mais je voie que tu aime ce moment « piscine », eh ben après l’effort, le réconfort…Pourras tu me dire où vous serais la semaine du 18 septembre, nous serons en dordogne et un petit
    pic nique avec vous serais sympa. quand pense tu ? Bises de courage puisque votre voyage n’est pas terminé et vous réserve bien d’autres aventures sans doute avec d’autres rencontres plus étonnantes les unes que les autres. Je t’embrasse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *