Les beautés de la Corrèze à cheval…

 

Nous sommes en Corrèze, proche du village de Varetz, il fait une chaleur torride et Vidock ne trouve rien de mieux à faire que de jouer avec une clôture à mouton, et le temps d’intervenir pour faire cesser ce jeu idiot qu’il a déjà mis un pied dans le fil et tout doucement tiré ce qui provoque l’arrachement et la torsion de son fer !

C’est juste ce qu’il ne fallait pas faire car trouver un maréchal-ferrant est déjà très difficile (nous en cherchons un en vain depuis le début de la semaine) alors proche d’un week-end !….. Nous voilà donc immobilisés chez Jean-Yves qui va gentiment nous héberger jusqu’à ce que nous trouvions une solution. Nous passerons une quinzaine de coup de fil à des maréchaux-ferrants du coin mais nous tomberons systématiquement sur leur répondeur, et l’un d’entre eux nous rappellera de suite pour un  RV le lendemain matin vers 10 h pour la réparation du fer. Sauf qu’il nous posera un lapin et ne viendra jamais.

Nous voilà donc Vendredi après midi et toujours pas de maréchal-ferrant!  La chance nous sourit alors car Vincent VERNIER nous rappelle pour nous dire qu’il se trouvera proche de Varetz le lendemain matin Samedi et pourra donc venir nous remettre le fer de Vidock, car lui même randonneur à cheval, il mesure bien ce genre de mésaventure.

Du coup, après 2 jours de repos forcés (mais bienvenus tout de même compte tenu de la chaleur), nous reprenons la route le Dimanche matin 28 Août vers 7h30 (réveil à 4h30, c’est tôt et c’est dur pour des gens en vacances !!!). Il nous faut contourner Brive La Gaillarde et pour la 1ere fois depuis le départ, nous allons tomber sur une portion de 300 m impraticable sur le GR 46,  ce qui nous oblige à faire demi-tour et prendre une route sur 2 kms avec une bonne averse d’eau tiède avant de passer sous l’autoroute A89 pour rejoindre la suite du GR.

Arrivé à -Saint Pantaléon de Larche-, c’est Dimanche et tout est fermé, donc pas de courses possibles. On traverse ensuite la -Vézère- pour rejoindre -Lissac sur Couze- où nous allons découvrir de magnifiques demeures, restaurées pour bon nombre d’entre elles mais aussi d’autres encore en ruine…

Un moment de détente près d’un abreuvoir encore en fonctionnement ce qui devient rare vu qu’il n’y a plus de bêtes qui transitent à pied à travers les villages, mais en camion ou en betaillière.

Nous découvrons ensuite le lac du Causse Corrézien et son original « Trop Plein », puis nous passons près du gouffre du Blagour avant de prendre un chemin forestier magnifique sur plus de 8 km pour rejoindre La Fage sous la chaleur toujours présente.  Nous ferons étape chez Fabien, son épouse et son père, tous trois cavaliers et cochers, qui nous offriront un pré et de l’eau pour les chevaux, vin, bière fraîche et douche pour les cavaliers, et qui nous aideront à tracer 3 jours d’itinéraires pour nous rapprocher du Cantal. Leurs voisins ne seront pas en reste puisqu’ils nous offriront des tomates du jardin et des œufs de leurs poules…

Ce pré dans lequel nous installons notre bivouac le dernier dimanche d’Août est situé juste au dessus de l’autoroute A20, du coup la nuit fut quelque peu bruyante comme vous pouvez l’imaginer …

Départ à l’aube du Lundi 26 Août pour une chaude journée  à travers ce Causse où le terrain est extrêmement glissant sur les pierres calcaires, (de grosses pierres vont se coincer à plusieurs reprises sous les sabots des chevaux nous obligeant à les casser au marteau pour éviter de déferrer), l’herbe sèche des bords de chemins et le bitume chaud étant encore plus glissant…

Pause casse croûte vers 11 h dans une magnifique et fraîche plantation de sapins.

Après avoir traversé le village médiéval de Turenne, nous arrivons à Collonges la Rouge que nous traversons au milieu de nombreux touristes plutôt surpris de voir déambuler notre « caravane » dans ce très beau village piétonnier.

Décidément, la Corrèze est de toute beauté et la découvrir à cheval grâce à ses innombrables chemins parfaitement entretenus est un vrai bonheur pour nous.

20160829_154344_new

Nous poursuivons notre route sous la menace d’un orage  qui nous donne l’occasion d’avoir une lumière magnifique sur les collines environnantes.

C’est vers 17 h30 que nous arrivons au Ranch de -Chadenac- après avoir fait près de 30 kms dans la journée, accueillis par Sandrine la fille d’Alain.

Nous avons un besoin urgent de ferrer nos chevaux car l’usure est telle que la zone rouge  est atteinte et poursuivre notre chemin ainsi n’est pas envisageable. Alain arrivera à convaincre son Maréchal-ferrant de venir nous dépanner depuis Cahors le Mercredi matin 28 Août.

Du coup, 2 jours de repos qui seront de nouveau les bienvenus compte tenu de la chaleur qui nous accable chaque jour, mais on trouve vite des solutions pour nous réhydrater …

Alain nous prêtera une table et des chaises ainsi qu’un petit coin douche pour notre séjour, et c’est fou le bien-être que cela procure après plusieurs semaines à vivre assis par terre.

Mercredi matin donc, le maréchal-ferrant arrive et se met au travail. Comme vous pouvez le constater, il était temps !

Puis un moment de détente au bar du Saloon avec la bonne humeur d’Alain…

Une réaction au sujet de « Les beautés de la Corrèze à cheval… »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *