Retour sur la Corrèze…

 

Samedi 17 Septembre, nous quittons « Rotabourg » sous la pluie et au bout de quelques kms, le pont qui enjambe la rivière est écroulé ! Bien sûr, rien n’était indiqué à l’entrée du chemin, et si nous ne voulons pas faire demi-tour, il nous faut trouver un passage à gué; Pascal se met donc à chercher un endroit sûr pour toute l’équipe, ce qu’il trouvera au bout de quelques minutes même si aux abords de l’eau les chevaux s’enfoncent un peu dans la boue, il passeront sans encombres.

Nous découvrons au détour d’un chemin une tombe assez ancienne qui semble entretenue , et c’est bien la première fois que nous voyons cela au bord d’un chemin, en général on en trouve dans certaines propriétés privées, surtout dans les régions protestantes comme les Cévennes ou dans des lieux appropriés comme aux abords des chapelles ou des petites églises souvent perdues dans la forêt ou au milieu d’un champ.

Le ciel est sombre ce qui donne une allure très austère à bon nombre de monuments religieux que nous croisons chaque jour sur notre route.

Encore une rencontre insolite avec cet énorme cochon noir en liberté au bord de la route. Les mulets sont très impressionnés et très inquiets. Nous attendrons que la propriétaire de l’animal intervienne pour que les mules se décident à passer, Pablo n’ayant pas fait cas de la « chose » !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Nous trouverons un lieu d’accueil dans le village de « Moncourrier » avec un pré, de l’eau ainsi qu’une bonne bouteille de vin offerte par le propriétaire. Nous en faisons bon usage le soir même, d’autant que nos réserves sont bientôt épuisées et que faire des appros dans les villages, n’y comptez pas, il n’y a plus aucun commerce nulle part, et le Dimanche et Lundi (voire même le mercredi) c’est encore plus compliqué pour trouver quelque chose à manger !

Nous quittons ce lieu sympa Dimanche 18 Septembre et encore sous la pluie, contournons Ussel  par le magnifique Lac de Ponty et par chance, nous arrivons juste à la fin des épreuves des Championnats de France de VTT, ouf !  nous pouvons passer au milieu de la manifestation qui tire à sa fin, il est presque midi.

Etang de Ponty - Ussel_

Nous marcherons presque toute la journée sous le vent et la pluie et ne trouvant aucun lieu accueillant près d’un village pour passer la nuit, nous nous installons au bord d’une forêt, fermons le chemin très herbeux de part et d’autres afin que les chevaux puissent se nourrir pendant la nuit et nous nous installons dans le Tipi à l’abri des bourrasques.  Le sentier sur lequel nous nous trouvons s’appelle « Croyances et Superstitions », ambiance garantie ce soir là compte tenu du vent qui siffle autour de nous et de la pluie qui tombe toute la nuit !

Nous sommes maintenant dans le Parc Naturel Régional de Millevaches en Limousin en ce Lundi 19 Septembre, et il nous faut trouver de quoi manger, le secteur étant réellement un « désert »… Nous croisons une dame qui nous explique qu’à part le village de Peyrelevade à une journée de cheval, nous ne trouverons aucun commerce. Donc direction Peyrelevade sur le plateau de Millevaches.

Journée magnifique au niveau ambiance sauvage, qualité des chemins, peu de dénivelés, contrastes des couleurs grâce au temps orageux, sauf qu’en arrivant vers 17 h, tout est fermé, et oui nous sommes Lundi !

Nous cherchons donc un lieu où nous installer et nous choisissons une maison abandonnée au bord d’une rivière, (ancienne boîte de nuit apparemment !) il y a de l’eau, de l’herbe et la pluie s’est arrêtée. La chance nous sourit une fois de plus grâce à des promeneurs qui passaient par là et qui nous proposent de retourner chez eux en voiture et de nous ramener de quoi manger ce soir. Nous aurons droit à du bon pain, une boîte de cassoulet et une bonne bouteille de Bordeaux.

Mais rassurez vous, nous avons toujours un sachet de soupe où de purée au fond d’une sacoche, au cas où !!! Nous ne serions donc pas mort de faim …

Le soleil brille en ce matin du Mardi 20 Septembre et nous prenons la direction de Faux La Montagne.

Nous faisons la pose de midi au bord du lac de Chammet, frontière entre la Corrèze et la Creuse et nous nous installons sur une plage rien que pour nous, d’autant qu’à cette époque il n’y a strictement plus personne en vacance. Sylvie en profitera pour se baigner et se laver en même temps, car voilà plusieurs jours que nous faisons du bivouac sauvage et qu’il pleut, donc les douches sont plutôt rares.

Le beau Vidock qui pose pour la photo !

Nous arrivons à Faux la Montagne en fin d’après midi et une jeune habitante du village nous accompagne jusqu’à un petit parc municipal où il y a de l’herbe et une cabane pour passer la nuit, tout ça près d’une crèche pour enfant. Du coup, pas besoin de monter la tente, la crèche nous fournira de l’eau chaude pour la toilette et de l’électricité pour recharger les batteries de nos appareils, car  notre panneau solaire ne remplit plus son office depuis une semaine qu’il pleut ! C’est la première nuit que la température descend si bas (4°C), l’automne est bel et bien là.

Mercredi 21 Septembre, le soleil brille et nous prenons la direction du Lac de Vassivière par des chemins muletiers, la journée sera très éprouvante physiquement pour toute l’équipe.

Arrivé au bord du Lac de Vassivière, on constate rapidement les dégâts provoqués par la sécheresse de ces derniers mois, pas d’herbe pour les chevaux (même si c’est vert en apparence), le niveau du lac a baissé de plusieurs mètres, et compte tenu de la surface du lac, ça doit faire quelques millions de mètres cubes d’eau qu’EDF a dû délester pour approvisionner en aval.

Nous nous mettons en recherche d’un lieu pour passer la nuit comme à l’habitude, sauf que nous chercherons plus d’une heure avant de trouver une petite clairière herbeuse au milieu d’une immense forêt que nous avons mis près d’une journée à traverser à cheval. Tout le monde est fatigué ce soir là!    Et c’est la première fois depuis 7 semaines que nous ne croisons strictement personne de toute la journée, ni maison, ni voiture, ni âme qui vive…

Jeudi 22 Septembre, nous sommes prêt à partir de bonne heure et prenons la route vers 8 h.  Quelques minutes plus tard, un convoi de camions de pompiers probablement en exercice nous croisera sur un chemin pas très large, mais les chevaux sont maintenant rodés à ces situations et ils ne bougent pas une oreille.

Un monument insolite au milieu de la forêt, probablement le don d’un artiste motard du coin !

Nous arrivons à Saint Junien La Brégère et nous nous installons dans le pré herbeux derrière une maison à vendre au milieu d’un village ou seulement 3 maisons sont encore habitées !!!  La corvée d’eau sera là encore difficile car il a fait chaud, les chevaux ont soif et le robinet du cimetière est à plus de 300 m…

Mais nous aurons droit à un magnifique coucher de soleil au dessus de l’église et vu de notre Tipi.

Vendredi 23 Septembre, nous quittons le village de Saint Junien en traversant le cimetière pour rejoindre un chemin forestier, ce qui nous évite près de 2 km de goudron. Et aucun « locataire ne s’est manifesté pour se plaindre de notre initiative !!!

Nous croiserons ce jour là de nombreuses fourmilières dont certaines sont assez imposantes.

Nous verrons beaucoup de décors « canadiens », avec des forêts de conifères à perte de vue…

Nous traversons la petite ville de Bourganeuf où nous faisons quelques courses au « Carrefour-Market » local puis nous nous mettons en recherche d’un lieu pour la nuit. Et c’est en arrivant à Masbaraud-Mérignat que nous croisons Catherine, une cavalière qui a des chevaux dans un pré au milieu du village et qui nous propose un petit parc avec eau, foin et granulés pour nos 3 poilus, nous acceptons avec plaisir l’invitation.

2 réactions au sujet de « Retour sur la Corrèze… »

  1. Bonjour la compagnie heureux de vous retrouver,c’est beau la france profonde,quel belle aventure vous vivez,a bientot et bonne fin de promenade a vous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *